GALERIE JOHANN NALDI

ACHAT - VENTE - COURTAGE

 
 
French (Fr)

Kei MITSUUCHI

(1948-2001)

Huile sur toile

« Crâne fétiche disposé au-dessus d’un livre sur Géricault »

VENDU

 

 

 

Provenance : vente de l’atelier de l’artiste par le ministère de l’Etude Audap & Mirabaud.

Artiste japonais à la sensibilité exacerbée, Kei Mitsuuchi est mort à Paris dans un dénuement quasi-total. Dans son atelier de la rue Dauphine, qui lui servait aussi de logis, ne subsistait plus qu’un seul meuble, Ô combien symbolique : son chevalet. Arrivé dans la capitale en 1969, il s’inscrit à l’Ecole des Beaux-arts et fréquente l’atelier de Chapelain-Midy de 1973 à 1976. Artiste solitaire et très indépendant, il prône une « élégance » picturale à l’écart de toute tendance. Après avoir été soutenu par le galeriste Jean Leroy, il participe en 1981 à l’exposition « Dessins d’expression figurative » organisée par Jean Clair au centre Georges Pompidou. Il expose régulièrement ses œuvres dans la galerie parisienne d’Albert Loeb, et celle bruxelloise de Fred Lanzenberg. En 1985, il est invité au Musée-Galerie de la Seita pour un accrochage sur les « Autoportraits contemporains », genre dans lequel il excelle. Il est représenté à la FIAC de 1988, et participe l’année suivante à l’hommage rendu à Barbey d’Aurevilly en la bibliothèque historique de la ville de Paris. Totalement dévoué à sa peinture, Kei Mitsuuchi se réfugie crescendo dans son travail, s’isolant par là-même d’un marché de l’art sur lequel il avait toujours porté un regard méfiant.

Notre tableau, provenant directement de son atelier, nous plonge dans la vision tourmentée d’un crâne fétiche paré d’une multitude de cauris, reposant sur un livre d’art. Sur la page de droite, on distingue clairement le personnage moribond situé à l’extrême gauche du Radeau de la Méduse de Théodore Géricault, probable allégorie du naufrage de sa propre vie.

Dimensions: 46 x 37,5 cm


 
 
 
 

-

-

Nous avons 48 invités en ligne